Pilet et « L’Hebdo ». Widmer-Schlumpf arbitre. Les femmes qui gagnent.

 

Médias : mort de « L’Hebdo » ! Le principal hebdomadaire romand d’information – lancé en 1981 par Jacques Pilet – s’arrête le 2 février. La société Ringier Axel Springer Suisse tranche. Pour les médias suisses, c’est l’un des coups les plus rudes. 37 collaborateurs sont visés. Ringier consacrera les économies réalisées au quotidien « Le Temps ». Dur.Continue reading

Trump plus Berlusconi que Blocher? Le Pen, Hofer, Petry, Wilders, Farage.

 

Donald Trump ! Qui ressemble au 45e Président des Etats-Unis ? C’est peut-être – parmi quelques démocraties choisies – l’ancien chef du Gouvernement italien Silvio Berlusconi (« Forza Italia »). Il monte très haut. Les traits communs abondent. Brio médiatique. Fortunes et talents dans les affaires. Hommes à femmes. On en oublie. Reste à vérifier si le Républicain Trump affichera le même souffle. Berlusconi, bien qu’écarté du pouvoir, place Antonio Tajani, un proche, à la présidence du Parlement européen. Pas mal, non ?Continue reading

Qui est sympa? Trump, Obama et les autres. Leuthard, Burkhalter et leur force.

 

Donald Trump le Républicain arrive. Barack Obama le Démocrate s’en va. Ce transfert de pouvoir aux Etats-Unis pèse au moins autant – pour les Suisses – que les passages de témoin en France, en Allemagne ou en Italie. D’abord, parce que les deux Histoires s’imbriquent. Cela se remarque par un goût précoce pour la démocratie, l’ancrage fédéraliste, les Parlements cousins (Conseil des Etats et Conseil national, Sénat et Chambre des représentants), l’économie. Cela se voit moins aux Exécutifs (Président ici, Conseil fédéral collégial là). Et cela n’empêche pas les tensions (guerres, fonds juifs, secret bancaire, etc). Bien sûr, la présence des Etats-Unis au premier rang des puissances amplifie tout.Continue reading

Burkhalter et Theresa May – pas d’alliance anti-Juncker? Une Suisse historique.

 

Ecoutez Didier Burkhalter. « Nous ne voulons par d’alliance avec les Britanniques contre l’Union européenne » (« Bund » et « Tages-Anzeiger », 18 janvier). Le ministre suisse des Affaires étrangères fait bien. Car les Helvètes neutres, en Europe comme dans le monde, n’ont que des partenaires. Cela dit, la Grande-Bretagne de Theresa May veut sortir de l’Union de Jean-Claude Juncker sur un mode tranché. La Suisse de Burkhalter, qui n’y adhère pas, tente de construire avec elle un nouveau lien sur des thèmes lourds (immigration, accord institutionnel, etc). Donc, les statuts de la Suisse et de la Grande-Bretagne face à l’Union vont se rapprocher. Les deux négociations ne peuvent pas ne pas s’influencer. Sûr.Continue reading

Médiatrice, la Suisse de Leuthard? Entre Trump, Xi, Poutine, Juncker, May.

 

La Suisse de Doris Leuthard, face à un monde plus écartelé que jamais, retrouve-t-elle son rôle médiateur des années dangereuses de guerre froide ? Sa réception du président chinois Xi Jinping fournit un signe. La prise de pouvoir – ce 20 janvier – du nouveau président américain Donald Trump peut en offrir un autre. Car Trump est querelleur. A la Chine de Xi Jinping, il adresse des messages agressifs. A la Russie de Vladimir Poutine, il promet de meilleures relations. Mais les services de renseignements américains jouent une autre partition. Même Rex Tillerson, futur Secrétaire d’Etat pro-Russe, est réservé. Face au « Brexit » entre l’Union européenne de Jean-Claude Juncker et la Grande-Bretagne de Theresa May, Trump se réjouit bruyamment. A l’Allemagne d’Angela Merkel, il envoie d’autres remarques acerbes. Incroyable.Continue reading

Femmes-Hommes. Leuthard, Amarelle, Estermann, Graffenried, Trump et Cie.

 

Doris Leuthard ! La femme politique gagnante, c’est peut-être la présidente suisse 2017.  Elle accueille – visite d’Etat hors-série – le président chinois Xi Jinping. Un signe. Car la 2e économie mondiale perçoit la Suisse comme une région témoin pour son expansion. Voyez l’accord de libre-échange (dont les premiers effets seraient modestes), l’adhésion à la Banque asiatique d’investissement, les implantations de banques, les rachats d’entreprises, etc. Que Doris Leuthard préside l’événement promet. Pour les droits humains ? Des protestations de Tibétains et d’opposants interrogent.     Continue reading

Davos: Leuthard, Xi Jinping, Theresa May. Sortie lente de l’atome: combat.

 

Xi Jinping, Président de la Chine ! Theresa May, Première ministre de Grande-Bretagne ! Telles sont deux pointures invitées par Klaus Schwab au Forum économique mondial de Davos (WEF) des 17-20 janvier. La Présidente suisse 2017 Doris Leuthard et d’autres Conseillers fédéraux seront là. Face à l’Europe, le contact May-Leuthard sera précieux. Viennent encore Antonio Guterres (ONU), Christine Lagarde (Fonds monétaire international), Joe Biden et John Kerry (présidence sortante des Etats-Unis de Barack Obama), Anthony Scaramucci (conseiller de Donald Trump), d’autres. 2500 participants du monde économique, politique et culturel, en gros, sont annoncés. Le WEF de Klaus Schwab, organisation privée lancée en 1971 et pilotée à Cologny (GE), attire des figures de premier plan du monde entier. Exploit.Continue reading

12 février. Gauches dissidentes au filet. Herzog, Gorrite, Berberat, Tornare, Brélaz.

 

12 février ! Les divisions de la gauche feront-elles gagner la fiscalité des entreprises et le fonds routier ? Officiellement, les socialistes de Christian Levrat et les Verts historiques de Regula Rytz disent « non ». Mais voyez la fiscalité des entreprises. La dissidence de gauche y est conduite par la Conseillère d’Etat socialiste Eva Herzog (BS) et d’autres élus des Cantons. Chez les socialistes, 44% de partisans du projet voisineraient avec 41% d’adversaires (GFS, Economiesuisse, « SonntagsBlick », 1er janvier). Ou prenez le fonds routier. La dissidence de gauche y compte des socialistes comme Nuria Gorrite (VD), Didier Berberat (NE) ou Manuel Tornare (GE), des Verts comme Daniel Brélaz (VD). Des voix qui portent.Continue reading

Suisse 2017. Les alliances titubent. Gössi, Fluri, Müller, Pfister, Rösti, Levrat, Rytz.

 

Suisse 2017 – qui gouverne ? Voyez la nouvelle alliance de « centre-droite » où le PDC de Gerhard Pfister tente de faire cause commune avec les libéraux-radicaux de Petra Gössi et l’UDC d’Albert Rösti. Elle fonctionne mal. Prenez la défunte coalition de « centre-gauche » de 2007-2015. Entre le PDC « droitisé » de Pfister, le PBD de Martin Landolt, les Verts libéraux de Martin Bäumle, les Verts historiques de Regula Rytz et les socialistes de Christian Levrat, le courant passe moins. En particulier, l’ancien « centre » – PDC, PBD et Verts libéraux – disparaît, ou presque. Bref, la scène politique suisse est plus saupoudrée que jamais.Continue reading

Xi Jinping et Leuthard parlent. Trump décolle. Contre Xi, pour Poutine. Qui arbitre?

 

15 et 16 janvier ! Xi Jinping, président de la Chine, est en visite d’Etat en Suisse. La présidente Doris Leuthard et le Conseil fédéral l’y accueillent. Puis, il part à Davos (Forum WEF, 17-20 janvier) et à Genève (ONU, 18 janvier). 1950 : la Suisse de Max Petitpierre noue avec la Chine communiste de Mao Tsé-toung. Cette bonne relation résiste. Même la visite agitée de Jiang Zemin à Ruth Dreifuss en 1999 s’estompe (des Tibétains manifestent). Même les curieux propos d’Ueli Maurer – président suisse 2013 – pour un « oubli » du massacre de Tianan men en 1959 s’atténuent. Qui s’étonne ?Continue reading