Poutine. Parmelin et son SECO. Les sanctions et le doute. Oligarques malins.

En échec – les sanctions internationales contre la Russie ? Sur le front, l’armée d’invasion de Vladimir Poutine en Ukraine n’est pas hors de combat. La hausse des prix des matières premières – gaz et pétrole en tête – est favorable à la poursuite de son effort de guerre. La lenteur de livraisons d’armes promises par l’Occident à l’Ukraine de Volodymyr Zelensky fait l’affaire de la Russie. L’efficacité même des sanctions – dont certaines sont reprises par la Suisse – peine à faire ses preuves. Le doute s’installe-t-il ?Continue reading

Suisse unie? Guerre = poison. Ulrich Wille contre Henri Guisan. Juillet à Lugano.

Question ! La Suisse – face à la guerre russe en Ukraine – affronte-t-elle la crise unie ? On repère peu de fissures entre les 4 Langues et les 26 Cantons. La politique du Conseil fédéral sous la présidence du PLR tessinois Ignazio Cassis semble faire une majorité. Condamnation de l’agression russe. Soutien à l’Ukraine de Volodymyr Zelensky plutôt qu’à la Russie de Vladimir Poutine. Oui aux sanctions de l’Union européenne. Prudence sur les exportations d’armes. S’il y a fissures, elles seraient partisanes. C’est dans l’UDC – courant Christoph Blocher – que l’on perçoit les réserves les plus nettes. Certains y verront des complaisances à l’égard de la Russie de Poutine. Vrai ?Continue reading

Rapport Bergier 20 ans. Lui et la guerre en Ukraine. Poutine et les complaisances.

20 ans. Le rapport de la Commission Jean-François Bergier sur la politique suisse pendant la 2e Guerre mondiale a 20 ans (« SonntagsZeitung »). Son travail sur les relations avec l’Allemagne d’Hitler suscitera un débat d’une rare vivacité. Asile. Refoulement de réfugiés juifs et autres. Fonds en déshérence. Coopérations avec l’Axe. La période 1940-1944, où la Suisse est encerclée, est la plus critique. Les Alliés lui reprocheront de prolonger la guerre. Moins le Royaume-Uni de Churchill que l’URSS de Staline et, surtout, l’Amérique de Roosevelt-Truman. Plus tard, les années Bill Clinton relanceront la polémique. Rapport Bergier.Continue reading

Ukraine. Initiatives contre les exportations d’armes. Rôles inversés. Débat troublé.

Armes suisses pour l’Ukraine ? Souvenez-vous. 1972. 1997. 2009. Trois initiatives populaires contre les exportations d’armes sont refusées par Peuple et Cantons. A chaque fois, les vainqueurs plaident pour l’industrie suisse d’armement et les intérêts de la défense nationale. Oui, mais les demandes venues d’Allemagne et du Danemark en faveur de livraisons à l’Ukraine en guerre troublent le débat. Munitions pour chars allemands. Véhicules Piranha. Tout cela pourrait inciter l’industrie d’armement et ses alliés à plaider pour la souplesse. Mais attention ! Il s’agit d’une vraie guerre. La neutralité, la loi sur le matériel de guerre et le Traité de La Haye de 1907 font obstacle. Rôles inversés ?Continue reading

Tension Suisse-Russie. Congrès de Vienne. Lénine. Staline. Poutine. 8 et 9 mai.

Fâchées – la Suisse d’Ignazio Cassis et la Russie de Vladimir Poutine ? La guerre en Ukraine marque-t-elle un tournant ? Car la relation Suisse-Russie est agitée. 1815. Congrès de Vienne. Les vainqueurs de Napoléon redessinent l’Europe. Et la Suisse. Le tsar Alexandre 1er et son ministre Capo d’Istria y sont pour beaucoup. 1900-1917. Lénine prépare – en partie en Suisse – la Révolution d’Octobre (Genève, Zurich, Berne, Zimmerwald, Kiental, etc). 1922-1991. La Russie devient l’URSS. 1923. Rupture Suisse-URSS. 1946. Staline et Max Petitpierre renouent. 1985. Reagan et Gorbatchev à Genève. 2021. Biden et Poutine – à Genève toujours. 2022. Guerre russe en Ukraine. Sanctions. Il y a de tout.Continue reading

Ukraine – où est la Suisse? Gestes contraires. Armes lourdes. Nous et la guerre.

Guerre Ukraine-Russie – où est la Suisse ? Une délégation du Conseil national est à Kiev. Présidente Irène Kälin (Verte). Roger Nordmann (PSS). Yves Nidegger (UDC). Nik Gugger (Evangélique/Centre). Le Conseil fédéral, lui, siège à Genève. Ignazio Cassis, PLR, Président et chef des Affaires étrangères, ne juge pas urgente une visite en Ukraine. Il y a peu de jours, pourtant, Cassis accordait sa chaleureuse caution au discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky par vidéo sur la Place fédérale. L’Economie de l’UDC Guy Parmelin, pour sa part, s’oppose à une livraison de munitions à l’Ukraine. Ce qui n’empêche pas ce même Gouvernement de se rallier aux sanctions européennes contre la Russie. Compliqué ?Continue reading

F-35 oui. Plus d’armée et d’OTAN. Poutine change la donne. Conseil fédéral soutenu.

F-35 – vent en poupe ? L’initiative du Groupe pour une Suisse sans armée (GSSA) et de ses alliés contre 36 avions de combat américains serait rejetée. 30% contre 64 % (Sotomo/SonntagsBlick). 2e succès. En 2020, un premier vote populaire accorde aux avions une courte victoire. A 50,1%. Depuis le 24 février, la guerre russe de Vladimir Poutine en Ukraine change la donne. Cela dit, le GSSA et ses alliés ne retirent pas leur initiative. Pour eux, un nouveau vote s’annonce ardu. A confirmer ?Continue reading

Sanctions – Acte 5. Charbon. Filles Poutine. Crime et génocide. Blocher ou Calmy-Rey.

Ukraine – Acte 5. Le Conseil fédéral reprend le 5e paquet de sanctions de l’Union européenne contre la Russie et la Biélorussie. L’UDC Guy Parmelin, chef de l’Economie, est aux commandes. Importations de charbon. Bois. Ciment. Produits de la mer. Vodka. Exportations de kérosène. Nouvelle liste de personnes – dont les filles de Vladimir Poutine. Gens actifs dans l’armée, la communication, la propagande. Cercles d’oligarques et familles. Trusts. Organismes publics russes. Sont-elles appliquées – les sanctions ? Guy Parmelin estime que oui. La Suisse en ferait plus que d’autres pays « sanctionnistes ». Dont acte ?Continue reading

Guerre russe et tirs croisés. Parmelin. Cassis. Calmy-Rey. Sommaruga. Relais de Poutine.

Guerre en Ukraine – le Conseil fédéral à 7 tient-il bon ? Des tirs partent dans tous les sens. Le PSS de Cédric Wermuth et Mattea Meyer porte plainte contre le Département de l’Economie de l’UDC Guy Parmelin. Motif : application insuffisante des sanctions contre la Russie. Le président UDC Marco Chiesa, tout en condamnant cette guerre russe, reproche au chef PLR des Affaires étrangères Ignazio Cassis sa participation à une manifestation anti-guerre (« Tamedia »). L’ancienne Conseillère fédérale PSS Micheline Calmy-Rey, elle, se rallie au même Cassis (« NZZ »). Seule la PLR Karin Keller-Sutter, chargée de l’asile, s’évite de grosses attaques. Pour le moment.Continue reading

Conseil fédéral – tous au front. Sanctions – large oui. Neutralité – pas de lâchage.

Conseillers fédéraux – tous au front ? Le PLR Ignazio Cassis, Président et Chef des Affaires étrangères, est en Pologne et en Moldavie. Il s’agit d’appuyer les pays proches de la guerre russe en Ukraine. L’UDC Ueli Maurer va au Qatar. Lui négocie l’achat de gaz en remplacement de celui de Russie. La PSS Simonetta Sommaruga, sur le même thème, se rend aux Pays-Bas. Le Qatar, lui surtout, suscite des questions. Droits humains. Coupe du Monde de Football (21.11-18.12). Le gaz lui-même, dans le combat pour le Climat, n’est pas incontesté. L’UDC Guy Parmelin, à l’Economie, est également impliqué. L’application des sanctions, c’est lui.Continue reading