Armes suisses pour l’Ukraine en guerre. Nous, l’Europe et l’OTAN. Tensions.

Armes pour l’Ukraine en guerre ? La Suisse va-t-elle se fâcher avec l’OTAN et l’Union européenne ? La controverse touche l’Allemagne et le Danemark – membres des deux (NZZ, Tamedia). A chaque fois, le Secrétariat à l’Economie SECO – Département de l’UDC Guy Parmelin – s’oppose à des exportations sensibles. Motifs : la neutralité, la loi sur le matériel de guerre et le Traité de La Haye de 1907. Allemagne : il s’agit de munitions liées au blindé allemand Gepard. Les ministres allemands Christine Lambrecht et Robert Habeck s’en inquiètent. Danemark : ce sont des véhicules Piranha produits en Suisse.Continue reading

F-35. On accélère. On n’attend pas l’initiative pacifiste. Contrats. Guerre de Poutine.

F-35 – on accélère. Non, le Conseil fédéral n’attendra pas l’initiative pacifiste contre l’achat des 36 avions de combat américains. Car le délai pour les signatures de contrats se situe au 31 mars 2023. Il en va des prix et délais de livraison. Fabricant Lockheed Martin. Un report aurait des conséquences pour la sécurité de la Suisse. Or, d’autres souhaitent aussi des F-35. Finlande. Allemagne. Canada. Le Gouvernement suisse, lui, voudrait de premiers appareils dès 2027. La Commission de sécurité du Conseil des Etats approuve cette accélération. Celle du Conseil national pourrait suivre.Continue reading

Munitions pour l’Ukraine. Match Allemagne-Suisse. Poutine favorisé, Zelinsky pénalisé.

Ukraine – quelles exportations d’armes ? La guerre russe de Vladimir Poutine change-t-elle la donne ? Une troublante controverse fuse (« SonntagsZeitung », rts). La Berne fédérale met son veto à l’envoi en Ukraine de munitions suisses liées aux chars de grenadiers allemands Marder. Le Département de l’Economie piloté par l’UDC Guy Parmelin est au front. Conflit Suisse-Allemagne donc. Car la législation helvétique sur le matériel de guerre s’oppose à pareille livraison vers une région en guerre. Or, ce refus favorise clairement les troupes russes d’invasion de Poutine. L’Ukraine de Volodymyr Zelinsky est pénalisée. Gerhard Pfister, président du Centre (PDC-PBD), parle de « non-assistance à l’Ukraine ». Que faire ?Continue reading

La Suisse et l’arme nucléaire. L’abandon de 1968-1988. La guerre de Poutine.

Armes nucléaires – que fera la Suisse ? La guerre russe en Ukraine de Vladimir Poutine change-t-elle la donne ? 1945. Hiroshima et Nagasaki. Le Conseil fédéral met à l’étude l’acquisition d’armes atomiques. 1968. Tournant. Il adhère au Traité de non-prolifération des armes nucléaires. 1988. Il interrompt ses études sur le sujet. 1996. Il se rapproche de l’OTAN par son Partenariat pour la paix. 2017. Deuxième tournant. La Suisse s’abstient sur le nouveau Traité d’interdiction des armes nucléaires. Le Conseil fédéral veut observer l’évolution des débats internationaux sur le désarmement. Le Parlement, lui, pousse à l’adhésion. Le ferait-il encore ? La Suisse officielle regrette-t-elle ses choix de 1968-1988 ?Continue reading

Armes et guerres civiles. Industrie d’armement et défense nationale. Bataille sans fin.

Exportations d’armes – où et comment ? Le Conseil des Etats veut les empêcher vers les pays en guerre civile. Sont aussi visées les régions où les droits humains sont violés. Du coup, la Chambre des Cantons préfère à la dernière initiative populaire un contreprojet indirect. En conséquence, les critères d’interdiction figureront dans la loi, non dans la Constitution. Et le Conseil fédéral pourra plus rapidement les adapter. Cela dit, la Chambre ne se rallie pas à une trop large clause dérogatoire au profit du Gouvernement. Elle aurait permis à l’Exécutif de tenir compte, dans des cas exceptionnels, des intérêts de la Suisse. Que dira le Conseil national ?Continue reading

Armes – on durcit. L’industrie – et les dérogations. Négligences – et bavures.

Durcies – les exportations d’armes ? Le Conseil fédéral s’y engage. Il oppose un contreprojet indirect à la dernière initiative populaire en date. Interdiction vers les régions où les droits humains sont violés. Ou en guerre civile. Le Collège se réserve des dérogations. Circonstances exceptionnelles. Intérêts de la Suisse. Missions de maintien de la paix de l’ONU ou de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Les principes du contreprojet figureront dans la loi – plutôt que dans la Constitution. Comme cela, Gouvernement et Parlement pourront rapidement tenir compte des évolutions. Avec référendum facultatif. L’UDC Guy Parmelin, Président 2021, est aux commandes.Continue reading

Pacifistes – le long combat. Les exportations d’armes. Le commerce. Les avions. L’armée.

Exportations d’armes – on freine ? Une nouvelle initiative « correctrice » y pousse. Le Conseil fédéral en reprend une partie dans une loi. Pays violant les droits humains. Guerres civiles. Interdictions. Le Collège, toutefois, s’y accorde des dérogations. Intérêts nationaux. Circonstances exceptionnelles. Les exportations d’armes, elles, sont à la hausse. 728 millions de francs en 2019 (+ 218). 690 millions pour les 9 premiers mois de 2020 (+ 190). L’UDC Guy Parmelin gouverne.Continue reading

Armes nucléaires – la course. Trump et les autres. Maurer, Amherd, Cassis.

Armes nucléaires relancées ? Que peut faire la Suisse d’Ueli Maurer, Viola Amherd ou Ignazio Cassis ? Les Etats-Unis de Donald Trump et la Russie de Vladimir Poutine se retirent d’un traité de 1987. Corée du Nord : les discussions entre Trump et Kim Jong-Un sont à la peine. Iran : le retrait de Trump d’un accord élargit la brèche. Face à la Chine : Marc Esper, chef du Pentagone, annonce des missiles. Déjà, le traité de non-prolifération de 1968 est un espoir déçu. Alors, il tente de limiter l’arme à 5 puissances. Etats-Unis 1945. URSS/Russie 1949. Grande-Bretagne 1952. France 1960. Chine 1964. Mais la prolifération continue. Inde 1974. Pakistan 1998. Corée du Nord 2009. Peut-être Israël. Voire Iran. Quant au traité d’interdiction de 2017, il serait voué, selon certains, à l’échec. Impasse ?Continue reading

Armes en Arabie! Cassis contre Parmelin? Qui domine le Conseil fédéral?

Exportations d’armes ! Le Conseil fédéral 2019 se fissure-t-il ? Et d’un, le PLR Ignazio Cassis – Affaires étrangères – interdit au constructeur d’avions Pilatus de Stans (NW) des activités en Arabie saoudite et dans les Emirats arabes unis. Motif : leur guerre au Yemen. Les Pilatus sont des avions civils à usages militaires. A Stans, Pilatus fait recours, des manifestants perturbent la visite des Sages en Suisse centrale. Et de deux, l’UDC Guy Parmelin – Economie, Formation, Recherche – rétablit la livraison de matériel de guerre vers cette même Arabie saoudite (NZZ, Tamedia). Cette livraison sera suspendue en octobre 2018 – après l’assassinat de Jamal Khashoggi. Duel Cassis-Parmelin ?Continue reading

Ventes d’armes – 4e frappe. Emploi et Défense – Cassis, Mazzone, Landolt.

Ventes d’armes vers des pays en guerre – non ? Un comité lance contre elles une initiative et réunit plus de 134.000 signatures en 6 mois. Lisa Mazzone (Verte, Genève), Priska Seiler Graf (PSS, Zurich) et Martin Landolt (président du PBD, Glaris) en font partie. Le Conseil fédéral – écoutant l’industrie suisse d’armement – est tenté d’assouplir certaines ventes d’armes. Le PLR Ignazio Cassis en serait un promoteur. Puis, le Collège y renonce. Malgré cela, le comité maintient son initiative. Pour être sûr ?Continue reading