Suisse – réforme permanente? Electricité – casse-cou? Leuenberger, puis Sommaruga.

Quelle Suisse ? Pays en réforme permanente ? La fin de Législature 2015-2019 et les élections du 20 octobre en frémissent. Voyez le Conseil fédéral sortant. Lui charge la PSS Simonetta Sommaruga de relancer l’ouverture du marché de l’électricité. Liberté de choisir son fournisseur. Promotion d’énergies renouvelables. Garantie de l’approvisionnement. Stabilité des prix. Cette ouverture touche le lien Suisse-Europe. Mission redoutable. En 2002, une précédente tentative est refusée en vote populaire. Moritz Leuenberger – PSS aussi – est alors aux commandes. Casse-cou ?Continue reading

Leuthard – 2e assaut électrique. Cassis – pression nucléaire. Wicki – Nidwald crie.

Electricité libérée ? Doris Leuthard, avant de partir, lance un nouvel assaut. Pourront choisir leurs fournisseurs : les ménages, les petites et moyennes entreprises. Depuis 2009, les gros consommateurs le peuvent déjà. Cette libéralisation est une condition de la participation de la Suisse au marché européen de l’électricité. Un accord Suisse – Union européenne est en chantier. Mais attention ! 2002 : un précédent projet est rejeté en vote populaire. On est alors en plein règne du socialiste Moritz Leuenberger. L’influence d’une libéralisation sur les prix est un point sensible. 2017 : la sortie lente de l’énergie nucléaire – sous la PDC Doris Leuthard – est approuvée. Cette fois, une autre – ou un autre – devra gagner. Pari.Continue reading

Atome: Leuthard impose son tempo. Fribourg, Bâle, Argovie: des femmes brillent.

Non 54,2%. Oui 45,8%. L’initiative verte « Sortir du nucléaire » – sortie rapide – est finalement rejetée. C’est un retournement. Seuls approuvent Genève, Vaud, Neuchâtel, Jura, Bâle Ville et Campagne (5 cantons sur 23). L’initiative exigeait des mises hors service datées (Mühleberg, Beznau 2017 ; Gösgen 2024 ; Leibstadt 2029). Les opposants en redoutaient les coûts, des importations d’électricité malvenues (nucléaire, charbon). Pour la promotion des énergies de remplacement, il manquait du temps. Refus, donc.Continue reading

Brélaz plus fort que Leuthard – ou Blocher? Atome: incroyable fin de course.

 

Incroyable, la fin de course de l’initiative verte « Sortir du nucléaire » du 27 novembre ! Longtemps, les sondeurs la donnent gagnante. 57% de oui contre 36% de non le 21 octobre (GFS-SSR). 55% – 43% le même jour (Tamedia). 56% – 43% le 4 novembre (Tamedia encore). 51,5% – 23,9% le 13 novembre (Marketagent, Schweiz am Sonntag). 57% – 42% le 16 novembre (Tamedia). Mais 48% – 46% seulement le même jour (GFS-SSR). Une majorité de cantons fera-t-elle barrage ? Daniel Brélaz et les siens peuvent-ils encore gagner ?Continue reading

Qui ose relancer le nucléaire? Suivez Axpo, Alpiq, BKW. Ou Blocher. Ou Leuthard.

 ragrani.ru

Qui ose relancer, en Suisse, des centrales nucléaires ? Axpo, Alpiq et BKW (Bernische Kraftwerke) retirent leurs demandes d’autorisation générale pour des centrales de remplacement (demandes soumises en 2008, suspendues en 2011). Pour les partisans de l’atome, est-ce un nouvel espoir qui s’envole ? Car aucun des deux grands projets en compétition ne prévoit de centrales de remplacement. Ni l’Initiative verte « Sortir du nucléaire » (vote le 27 novembre). Ni la « Stratégie énergétique 2050 » fédérale (attaquée en référendum par l’UDC de Christoph Blocher et d’autres acteurs). Toutes deux veulent une sortie de l’énergie nucléaire. Rapide pour l’Initiative (mises hors service entre 2017 et 2029). Lente pour la Stratégie (pas de date butoir). Doris Leuthard, ministre PDC, est au front.Continue reading

Electricité libérée? 2002: Leuenberger perd. 2016: Leuthard freine. Rude combat.

 

Qui veut libérer le marché de l’électricité ? Le Conseil fédéral suspend une nouvelle tentative. Doris Leuthard, ministre PDC de l’Energie, gouverne. Une consultation contrastée pousse l’Exécutif à freiner. Il veut en savoir davantage sur les négociations avec l’Union européenne, sur la sortie de l’énergie nucléaire (Stratégie énergétique 2050), sur l’état du marché, sur l’approvisionnement en électricité. Seule une minorité d’acteurs s’oppose globalement à l’ouverture. Mais plusieurs exigent, par exemple, des mesures d’accompagnement pour l’énergie hydraulique et les énergies renouvelables. Exigence de taille ?Continue reading

Echec à la sortie du nucléaire? Conseil des Etats au feu. Leuthard au front.

 

Sortie de l’énergie nucléaire : échec ? Le Conseil des Etats s’y attaque. On y voit moins de pas en avant que de pas en arrière. Et d’un, l’arrêt de Mühleberg est annoncé pour 2019. Et de deux, le Conseil national le propose pour Beznau en 2029-2031 (la pression y est vive), mais accepte de prolonger Gösgen et Leibstadt. Et de trois, une Commission du Conseil des Etats suggère de ne plus fixer de dates du tout. Tout cela surgit avant les élections 2015 (Parlement le 18 octobre, Conseil fédéral le 9 décembre). Certains prédisent un virage « à droite » et pro-nucléaire. A voir.Continue reading

Hiroshima! Nagasaki! Fukushima! La trace de Graber et Leuthard.

 

6 et 9 août 1945 ! Les Etats-Unis du président Harry Truman larguent deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki au Japon. Elles sonnent la fin de la guerre. Tour à tour, l’URSS en 1949, la Grande-Bretagne en 1962, la France en 1960 et la Chine en 1964 – autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – se dotent de l’arme. 1968 : le Traité de non-prolifération marque un arrêt. Mais l’Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et peut-être Israël le déjouent. Ce Traité se solde par un semi-échec.Continue reading

Barack Obama et Hassan Rohani: l’accord. Livia Leu et les Suisses: le fil.

Suisse-Iran ! Ce lien compte pour beaucoup dans l’accord historique sur le programme atomique iranien. Bien sûr, l’Américain Barack Obama et l’Iranien Hassan Rohani sont décisifs. Mais la Suisse, tout au long de la crise, garde le contact. 1979 : c’est la rupture entre la République islamique et les Etats-Unis de Jimmy Carter, puis de Ronald Reagan. Dès 1981 : la Suisse défend les intérêts américains en Iran – et le Pakistan les intérêts iraniens aux Etats-Unis. Ce sont des canaux précieux. Leur importance augmente avec la crise nucléaire iranienne. Les menaces de chefs islamistes contre leurs voisins, Israël en tête, ajoutent à l’urgence. Il faut faire vite.Continue reading