OTAN et neutralités plurielles. Finlande. Suède. Autriche. Irlande. Suisse. Effet Poutine.

Finlande – dans l’OTAN ? Sauli Ninistö et Sanna Marin – président et première ministre – annoncent sa candidature. L’opinion bascule. Les trois quarts des personnes interrogées y seraient favorables. Le Parlement se prononcera. C’est la guerre russe de Vladimir Poutine en Ukraine qui suscite ce retournement. Or, la Finlande a plus de 1300 km de frontière commune avec la Russie. La Suède de Magdalena Andersson suivra-t-elle ? Les avis y seraient plus partagés. Islande, Norvège et Danemark, eux, sont déjà dans l’OTAN. En Autriche, voire en Irlande, le débat serait moins engagé.Continue reading

Quelle neutralité? Fortes divergences. Consensus redoutable. Biden ou Poutine.

Neutralité ? Quelle neutralité ? Tous les partis – dans la foulée de la guerre russe de Vladimir Poutine en Ukraine – veulent savoir (« SonntagsZeitung », « NZZ am Sonntag »). L’intention est de la définir dans les lois. Et de faire voter le Peuple. Car la Convention de La Haye de 1907 et la Constitution fédérale de 1999 ne suffiraient plus. C’est la décision du Conseil fédéral d’Ignazio Cassis de se joindre aux sanctions de l’Union européenne contre la Russie qui met le feu aux poudres. Comment s’y prendre ?Continue reading

Suisse « occidentale ». Sanctions oui et non. Poutine et la moitié du monde.

Neutre ou « occidentale » – la Suisse ? La carte mondiale des sanctions contre la Russie impériale de Vladimir Poutine est très parlante (« NZZ am Sonntag »). La Suisse s’y retrouve avec le gros de l’Europe, l’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada), l’Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande), l’Asie de l’Est démocratique (Japon, Corée du Sud, Taiwan). Le reste de la planète, ou presque, refuse de prendre des sanctions. Reste de l’Asie – Inde et Chine comprises. Afrique. Amérique latine. Mais la carte des résolutions de l’ONU pour le retrait des troupes russes est à peine moins claire. Entre « oui » (135, 140), abstentions (35, 38) et « non » (5, 5). L’Afrique, elle surtout, se divise davantage. Continue reading

Initiative Blocher. Plus de neutralité. Conseil fédéral mains liées. Agresseur et agressé.

Christoph Blocher. Le stratège UDC étudie le lancement d’une initiative pour une neutralité suisse revue et augmentée (« NZZ »). L’un de ses buts serait d’en éliminer des sanctions économiques contre un agresseur. Du coup, l’ancien Conseiller fédéral s’en prend vivement au ralliement du Collège actuel aux sanctions de l’Union européenne. Selon lui, la Suisse deviendrait ainsi « partie » dans la guerre opposant la Russie de Vladimir Poutine (l’agresseur) et l’Ukraine de Volodymyr Zelensky (l’agressé). Pas moins ?Continue reading

Neutre – la Suisse? Poutine. Pays « inamicaux ». Xi Jinping. Au Conseil de Sécurité.

Neutre – la Suisse ? L’est-elle encore pour la Russie de Vladimir Poutine ? Le Kremlin la place dans une liste de pays « inamicaux ». Elle y figure au côté des Etats-Unis, des pays de l’Union européenne, de la Grande-Bretagne, du Japon, de l’Ukraine et de beaucoup d’autres. Une conséquence serait le recours au Rouble russe pour des règlements. Tout cela suit l’alignement du Conseil fédéral sur la politique de sanctions de l’UE. Poutine y est visé. Question ! La Suisse est-elle désormais exclue d’avance de toute tentative de bons offices dans le conflit opposant Ukraine et Russie ?Continue reading

Russie sanctions et Conseil de Sécurité. UDC, Centre et Cie. Doutes et troubles.

Sanctions contre la Russie ? Candidature au Conseil de Sécurité de l’ONU ? La Suisse se divise-t-elle ? Des fissures se dessineraient dans le Parti du Centre. Les troupes de Gerhard Pfister et Philipp Matthias Bregy seraient saisis par le doute (« Blick »). La Suisse manquerait des compétences nécessaires. L’UDC de Marco Chiesa, elle déjà, freine. Le PLR de Thierry Burkart, pour sa part, appelle à l’union. D’autres semblent moins troublés. Verts libéraux de Jürg Grossen. Verts historiques de Balthasar Glättli. PSS de Mattea Meyer et Cédric Wermuth. Qui sait ?Continue reading

Cassis contre Poutine. Sanctions. Bons offices et neutralité. Face aux nazis.

Ferme. La Suisse d’Ignazio Cassis condamne la Russie de Vladimir Poutine. Elle a des mots très forts sur l’invasion de l’Ukraine de Volodymyr Zelensky. Cela dit, elle ne prendra pas de sanctions autonomes. Mais elle veillera à ce que le territoire helvétique ne facilite pas le contournement des sanctions internationales. Bref, elle reprendra certaines sanctions de manière indépendante. Nuance. En cela, elle compte se référer à l’ONU et à l’Union européenne, plus qu’aux Etats-Unis. Les mesures ressembleront en partie à celles prises lors de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Le vrai début de la guerre.Continue reading

Florence Parly chez Viola Amherd. Pouvoir femmes. Avions de combat. Crypto AG.

Florence Parly chez Viola Amherd. Cette rencontre des ministres française et suisse de la Défense est un symbole. La présence des femmes dans les armées se renforce. On y parle aussi stratégie vaccinale en temps de Covid. Cyberdéfense. Système de défense sol-air. Satellite français à portée militaire (« Composante Spatiale Optique CSO »). Nouvel avion de combat. Le Rafale de Dassault (France) et l’Eurofighter d’Airbus (Europe) y affrontent le F35 de Lockheed et le FA/18 Super Hornet de Boeing (Etats-Unis). Le vote populaire du 27 septembre 2020 – à 6 milliards de francs – offre un premier feu vert. Autre symbole.Continue reading

Crypto et les « Républiques Sœurs ». Espionnage et Neutralité. Tests redoutables.

Crypto ? La société zougoise a-t-elle aidé les services secrets américains et allemands – entre 1970 et 1993 – à espionner une centaine d’Etats ? Le pouvoir suisse a-t-il fermé les yeux ? Sa politique de neutralité en est-elle violée ? Aux Etats-Unis, c’est la période Nixon, Ford, Carter, Reagan, Bush père. En Allemagne, c’est le temps de Brandt, Schmidt, Kohl. Fin de Guerre Froide. La Berne fédérale enquête. Continue reading