Conseil de Sécurité – quelle démocratie? Brasilia, Washington et nous.

Conseil de Sécurité – combien de démocratie ? Janvier 2021 – des partisans de Donald Trump lancent l’assaut contre le Capitol à Washington. Joe Biden défié. Janvier 2023 – des partisans de Jair Bolsonaro lancent l’assaut contre les lieux de pouvoir à Brasilia. Lula da Silva attaqué. On se répète. Or, les Etats-Unis de Biden et le Brésil de Lula font partie du Conseil de Sécurité 2023. La Suisse d’Alain Berset et Ignazio Cassis aussi. Ce Conseil, comme l’Assemblée générale, est un mélange de démocraties, de dictatures et de régimes variés. Les démocraties n’y ont aucune exclusivité.Continue reading

Conseil de Sécurité. La Suisse et les 15. Russie, Chine. Promesses et risques.

Conseil de Sécurité 2023-2024. La Suisse fera-t-elle le poids dans l’organe « le plus puissant » de l’ONU ? Elle y fait partie des 10 membres non-permanents. Japon, Malte, Mozambique et Equateur y entrent en même temps. Ils y rejoignent Brésil, Albanie, Emirats arabes unis, Gabon et Ghana – qui ont encore une année. Surtout : ces 10 feront face aux 5 membres permanents dotés du droit de veto. Et de l’arme nucléaire. Chine, Russie, France, Grande-Bretagne, Etats-Unis. Soit les mêmes depuis 1945. Japon et Brésil font d’ailleurs partie des pays, avec l’Allemagne, l’Inde et d’autres, qui pourraient prétendre à un siège permanent. Quel équilibre des forces ?Continue reading

ONU. Suisse au Conseil de Sécurité. Sanctions, armes et neutralité nouvelle.

2023-2024. La Suisse entre pour 2 ans au Conseil de Sécurité des Nations Unies (rts, nzz). Organe le plus puissant de l’ONU ? Présidences suisses en mai 2023 et octobre 2024. Conseiller fédéral Ignazio Cassis et Ambassadrice Pascale Baeriswyl au front. Présidents Alain Berset (2023) et Viola Amherd (2024) mobilisés. Conseil fédéral et Parlement consultés. 2002. La Suisse – contre l’avis de l’UDC de Christoph Blocher – adhère au 2e essai à l’ONU. 2010-2011. Joseph Deiss préside son Assemblée générale. L’accession de la Suisse au Conseil de Sécurité – parmi 10 membres non-permanents – est un moment fort.Continue reading

Parler aux dictatures. Suisse au Conseil de Sécurité. Leçon Michelle Bachelet.

Que peut faire l’ONU contre les dictatures ? La publication du rapport de Michelle Bachelet sur les exactions de la Chine de Xi Jinping au Xinjiang est peut-être ce qui peut se faire de plus percutant. Certes, il ne mettra pas fin au régime chinois. Hong-Kong, le Tibet et les dissidents continueront, eux aussi, d’être sous pression. Les menaces pesant sur la démocratique Taiwan ne faibliront guère. Quant aux autres régimes autoritaires, beaucoup ne s’inquièteront pas davantage. A commencer par la Russie de Vladimir Poutine – agresseur de l’Ukraine. Or, Chine et Russie occupent deux des cinq sièges permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU. Avec droit de veto. Gageure ?Continue reading

Suisse au Conseil de Sécurité. Jour « J ». L’ONU et la guerre. Parcours du combattant.

Au Conseil de Sécurité de l’ONU – la Suisse ? L’Assemblée générale tranche le 9 juin. Suisse élue par 187 sur 190. L’un des dix sièges non-permanents est en jeu. Années 2023-2024. Rappel ? 2002. La Suisse adhère à l’ONU. Joseph Deiss au pupitre. 2010-2011. Deiss préside l’Assemblée générale. 2011. Micheline Calmy-Rey lance la candidature au Conseil de Sécurité. En Berne fédérale, l’UDC tente de s’y opposer. 2022. Ignazio Cassis est à la fois Président de la Confédération et chef des Affaires étrangères. Poste sensible.Continue reading

Suisse au Conseil de Sécurité. Russie et Chine. Liens dégradés. Que faire?

Conseil de Sécurité. Que fera la Suisse dans l’organe « le plus puissant » de l’ONU ? Quelle sera son influence face aux 5 détenteurs de sièges permanents et du droit de veto ? Etats-Unis de Joe Biden, Grande-Bretagne de Boris Johnson et France d’Emmanuel Macron – démocraties historiques. Mais aussi Russie de Vladimir Poutine et Chine de Xi Jinping – régimes autoritaires. L’accession de la Suisse à l’un des 10 sièges non-permanents du Conseil de Sécurité se jouera le 9 juin devant l’Assemblée générale. En vue : années 2023-2024. La Suisse adhère à l’ONU en 2002. Joseph Deiss préside l’Assemblée en 2010-2011. L’ennui ? C’est que les relations de la Suisse avec la Russie de Poutine et la Chine de Xi se dégradent.Continue reading

Conseil de Sécurité – oui. Cassis – en pleine lumière. Amherd, Keller-Sutter – en poupe.

Conseil de Sécurité – oui. Le Conseil national soutient la candidature de la Suisse à l’un des 10 sièges non-permanents de l’organe le plus puissant de l’ONU. Par 125 à 56. Années 2023-2024. Cet organe peut décider des actions militaires. Ses 5 membres permanents pèsent lourd. Etats-Unis de Joe Biden. Russie de Vladimir Poutine. Chine de Xi Jinping. Grande-Bretagne de Boris Johnson. France d’Emmanuel Macron. Avec droit de veto. Pour la majorité des Conseillers nationaux, neutralité, bons offices et Conseil de Sécurité sont compatibles. Pour la minorité UDC (plus 3 élus du Centre), non. Conseil des Etats 26 à 11 (le 14 mars). Encore  oui.Continue reading

Suisse au Conseil de Sécurité. L’Ukraine. L’affaire Tang Jitian. Le risque et la logique.

Que fera la Suisse au Conseil de Sécurité ? Soit dans l’organe le plus puissant de l’ONU ? Elle est candidate à l’un des 10 sièges non permanents. Décision en juin. Pour 2023-2024. Elle sera en contact direct avec ses 5 membres permanents. Etats-Unis de Joe Biden. Russie de Vladimir Poutine. Chine de Xi Jinping. Grande-Bretagne de Boris Johnson. France d’Emmanuel Macron. La paix mondiale tient en partie à eux. Aux trois premiers d’abord ? Chaque vote, chaque intervention de la Suisse y sera scruté. On approche.Continue reading

Parmelin et Cassis à l’ONU. Sur les pas de Deiss. Le Conseil de Sécurité et la guerre.

Guy Parmelin et Ignazio Cassis. Le Président 2021 et le Ministre des Affaires étrangères de la Suisse assistent à la 76e Assemblée générale de l’ONU à New York. 193 pays. La Suisse y est candidate à l’un des sièges non permanents de l’influent Conseil de Sécurité pour 2023-2024. L’occasion est belle pour Parmelin et Cassis de préparer cette candidature. Election prévue en juin 2022. Malte en piste. Rappel. Le Conseil de Sécurité à 15 compte 5 membres permanents dotés du droit de veto. Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine. Ce sont presque les mêmes depuis 1945. S’y joutent 10 membres non permanents. Tableau.Continue reading