Aide aux médias menacée. Une campagne à risques. Les désunions. Les dangers.

Aide fédérale aux médias – médias unis ? Le Peuple pourrait en trancher le 13 février. Un référendum muni de 113.085 signatures la combat. Cette aide pourrait passer de 50 à 178 millions de francs. Dont aide indirecte à la presse et à sa distribution matinale (120 millions). Aide aux médias en ligne (30 millions). Contributions aux agences de presse, aux écoles de journalisme, au Conseil suisse de la presse. Programme pour 7 ans. Parmi les opposants, on trouve des figures comme Peter Weigelt et Philipp Gut. A surveiller.Continue reading

« L’Illustré » a 100 ans. Ringier et la Suisse romande. Conquête difficile.

« L’Illustré » de Ringier a 100 ans. Naissance en 1921. C’est l’une des premières percées des groupes de presse alémaniques en Suisse romande. Au départ, « L’Illustré » est perçu comme une version francophone du « Schweizer Illustrierte ». Puis, il s’émancipe. Ringier, basé à Zofingue (AG) et Zurich, se veut confédéral. D’autres projets suivront. Tous ne sont pas couronnés de succès. La société « Ringier Axel Springer » s’ajoute en 2010 dans l’organigramme. Partie difficile ?Continue reading

Lamunière. Edipresse dans Tamedia. L’attrait de la Suisse romande. Le numérique.

Marc Lamunière. L’ancien patron de presse meurt dans sa 101e année. Sa famille pilotera le groupe Edipresse – le plus important de Suisse romande. Entre Jaques Lamunière (son père) et Pierre Lamunière (son fils). Le groupe s’étoffe au cours des années. « 24 Heures ». « Tribune de Genève ». « Matin Dimanche ». Acquisitions à l’étranger. D’autres. Mais la famille peine à trouver des successeurs. En 2009-2012, elle vend ses activités suisses au Zurichois Tamedia (« Tages-Anzeiger », « Bund », « Basler Zeitung », etc). Le plus important groupe de presse romand passe sous contrôle alémanique. Choc. Avant, d’autres familles d’éditeurs romands – ex : les Nicole, les Wolfrath – avaient jeté l’éponge.Continue reading

« Domaine Public ». Journaux d’idées au front. Internet et les réseaux sociaux.

Menacés, les journaux d’idées en Suisse ? La disparition de « Domaine Public », proche du Parti socialiste, sonne-t-elle comme une alerte ? 1963. « Domaine public » se lance. André Gavillet, futur Conseiller d’Etat vaudois, en est l’âme. Jean-Daniel Delley, Yvette Jaggi, Géraldine Savary, Ruth Dreifuss et d’autres comptent parmi ses contributeurs. 2007. « Domaine Public » numérique. 2014. Décès d’André Gavillet. 2021. Fin de « Domaine public ».Continue reading

Médias et Parlement. Aimés? Mal-aimés? Aides attaquées. Libertés bousculées.

Médias et Parlement – amis ou ennemis ? Deux projets contraires s’entrechoquent. Et d’un. Les Chambres mettent au net un plan d’aide aux médias payants situé entre 150 à 178 millions de francs pour 7 ans (« Le Temps », « Tribune de Genève », « 24 Heures »). Il se répartit entre l’aide indirecte à la presse, les médias en ligne, les radiotélévisions locales et régionales, les écoles de formation, les agences de presse. Un référendum est annoncé. On trouve parmi les opposants le PLR Peter Weigelt, les éditeurs Philip Gut et Bruno Hug, les « Amis de la Constitution ». A suivre : l’UDC de Roger Köppel.Continue reading

Europe – Parmelin seul? TV – Marchand ébranlé? Sommaruga – en colère?

Gilles Marchand. Le directeur de la radio-télévision suisse SSR est-il ébranlé ? Les enquêtes sur des harcèlements à la Télévision romande – dont il fut le chef – l’affaiblissent-elles ? Darius Rochebin est blanchi. Mais un cadre subit une sanction. Un autre s’en va. Gilles Marchand, lui, se voit reprocher une « responsabilité secondaire de supervision ». 2001 : Marchand dirige la Télévision suisse romande. 2010 : il reprend la Radio-Télévision suisse élargie de langue française (fusion radio-TV). Ces faits de harcèlement coïncident en gros avec son règne. 2017 : Marchand monte à la SSR. Alors ?Continue reading

Aides indirectes – 150 millions. Médias « en ligne » – pomme de discorde.

Aide indirecte aux médias ? Le Conseil national propose 150 millions de francs. 120 millions iraient à l’aide indirecte à la presse. Distribution (40 millions). Presse des associations et fondations (30 millions). Agences (Keystone-ATS comprise). Instituts de formation. 30 autres millions – contrairement à la version du Conseil des Etats – seraient attribués aux nouveaux médias « en ligne ». Les prestations de la radio-télévision SSR y seraient limitées. La Conseillère fédérale PSS Simonetta Sommaruga est au pupitre.Continue reading

Gilles Marchand en danger? Radio-TV menacée? Rochebin et Cie affaire suisse.

Gilles Marchand ! Le directeur général de la Société suisse de radiodiffusion et télévision est-il en danger ? L’indépendance du service public est-elle menacée ? Plusieurs affaires touchant la Radio Télévision Suisse – francophone – crépitent (« Le Temps », etc). « Harcèlement ». « Mobbing ». Des cadres et l’ex-présentateur Darius Rochebin sont évoqués. Or, ces affaires prennent une dimension suisse. La Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s’en occupe. Des élus exigent des explications. Des commissions en retentissent. Rappel : Gilles Marchand dirige tour à tour la Télévision Suisse Romande (2001-2010), la Radio Télévision Suisse (francophone, 2010-2017) et la SSR (dès 2017). Quelle suite ?Continue reading

« Le Temps » acheté et vendu. Match Genève-Lausanne. Les suspenses du 29.

« Le Temps » ! La société « Ringier Axel Springer Suisse » vend le célèbre journal à la Fondation genevoise Aventinus (Carouge). Montant murmuré: 6,5 millions de francs. Ses ancêtres sont le « Journal de Genève » (1826), la « Gazette de Lausanne » (1798) et le « Nouveau Quotidien » (1991). Fusion en 1998. Tous écrivent une partie de l’histoire de la presse romande. Ringier n’aurait pas trouvé suffisamment de synergies entre « Le Temps » et d’autres titres (« Illustré », « Blick », etc). Ringier se séparera aussi de « L’Hebdo » (1981-2017).  2e choc.Continue reading

Aide aux médias – coup de frein. Médias « en ligne » – soutien et discorde.

Aide aux médias ? Le Conseil national freine-t-il ? La Chambre renvoie le projet en commission, refuse sa scission, exige le maintien de l’aide aux nouveaux médias « en ligne ». Le reste est moins contesté. C’est-à-dire l’appui à la distribution des journaux, aux agences de presse (telle Keystone-ATS), aux institutions de formation, de perfectionnement, d’autorégulation. En juin, le Conseil des Etats – avant le National – votait une version à 150 millions de francs (130 millions selon le Conseil fédéral). Blocage ?Continue reading