UDC Rösti – au Grütli. Europe et climat – batailles. 20 octobre – ne pas perdre.

Albert Rösti ! Le président de l’UDC ne veut pas perdre les élections fédérales 2019. Pour se donner des forces, il fait avec une vingtaine de journalistes le voyage de la prairie du Grütli. Europe : il combat l’accord-cadre avec l’Union européenne. Il en va de l’indépendance de la Suisse, de sa démocratie directe. Climat : il refuse taxes et interdictions. Il en redoute une croissance des importations, une hausse de CO2. Il préfère soutenir les petites et moyennes entreprises. Les élections sont fixées au 20 octobre (Parlement) et au 11 décembre (Gouvernement). Passions.Continue reading

UDC-Blocher face aux dissidents. Reimann, Roth, Widmer-Schlumpf, PBD. Test 20 octobre.

Dynamitée, l’UDC de Christoph Blocher ? A 77 ans, l’Argovien Maximilian Reimann se présente sur une liste indépendante pour une réélection au Conseil national le 20 octobre (« Bund » et « Tages-Anzeiger »). Reimann n’est pas un proche du stratège Blocher. Argovienne aussi, la Conseillère d’Etat Franziska Roth claque la porte du parti. En 2007-2008 déjà, la dissidence du PBD et de la Grisonne Eveline Widmer-Schlumpf ébranle l’UDC. Mais reprenons.Continue reading

Anti-femmes, l’UDC? Franziska Roth. Widmer-Schlumpf. Fuhrer. Martullo-Blocher.

Anti-femmes, l’UDC ? La Conseillère d’Etat argovienne Franziska Roth – après des semaines de tension – claque la porte du Parti de Christoph Blocher. Elle y reviendra dès que les dirigeants auront changé en Argovie. Dans les cantons, on compte cinq autres Conseillères d’Etat UDC (sur 24). A Zurich, Natalie Rickli, fraîchement élue. A Schaffhouse, Cornelia Stamm Hurter. En Thurgovie, Monika Knill. À Glaris, Marianne Lienhard. A Nidwald, Michèle Blöchiger. Au Conseil national, les femmes UDC sont 13 (sur 68). Au Conseil des Etats, on n’en repère aucune (sur 6). Cette présence « femmes » est souvent plus forte au centre, surtout à gauche. Pourquoi ?Continue reading

UDC en crise? Maurer continue. Taxes climat non. Ni Lucerne ni Bâle-Campagne. Cassis soutenu.

Suisse-Europe ! L’accord-cadre – incroyable – serait accepté par 60% contre 35% (GFS, « NZZ am Sonntag »). Le oui le plus fort se situerait – dans l’ordre – chez les Verts historiques et libéraux, le PSS, le PLR, le PDC et le PBD. Seule l’UDC refuserait. Donc, les oppositions de gauche, pour cause de salaires, ne se confirmeraient pas (le PSS est en plein réexamen). Pour Ignazio Cassis, chef PLR des Affaires étrangères, c’est une bonne nouvelle. Cela dit, plusieurs points délicats font l’objet de doutes. Salaires. Arbitrage. Aides publiques. Droits des citoyens de l’Union à des aides sociales. Du sensible.Continue reading

Maurer. Mal-aimé, puis chouchou. 122, puis 201 voix. Europe, réélection, succession.

Ueli Maurer ? Mal-aimé ou chouchou ? 2008 :  le Parlement élit ce Zurichois UDC au Conseil fédéral de justesse au 3e tour par 122 voix. Hansjörg Walter – président de l’Union suisse des paysans – en rafle 121. 5 décembre 2018 : ce Parlement place brillamment Maurer à la présidence 2019 par 201 voix. Maurer est pourtant proche de Christoph Blocher. Consécration ?Continue reading

UDC plus « Blocher » que jamais. Martullo-Blocher ciblée. Trump manquant.

29,4% de voix en 2015 ! Combien le 20 octobre 2019 ? L’UDC de Christoph Blocher peut-elle perdre les élections ? Ses chefs actuels misent sur les mêmes priorités. Souveraineté face à l’Union européenne. Lutte contre l’immigration, la libre-circulation, le « chaos » de l’asile. Sécurité. Aujourd’hui, le président Albert Rösti, la vice-présidente Céline Amaudruz et le chef de programme Peter Keller mènent le combat. Mais ils restent sur une ligne définie par le stratège zurichois Christoph Blocher depuis 30 ans. Aucun parti ne grandit pareillement (11% en 1987, 29,4% en 2015). Ses rivaux sont distancés (PSS 18,8%, PLR 16,4%, PDC 11,6%). Pourquoi changer ?Continue reading

Les Blochers. Magdalena l’espoir. Christoph le pouvoir. Maurer et Parmelin.

2018 ! Qui pilote l’Union démocratique du centre ? A 77 ans, Christoph Blocher – stratège et rénovateur, ex-Conseiller fédéral et national – quitte la direction. Magdalena Martullo-Blocher – sa fille, cheffe d’entreprise, Conseillère nationale des Grisons – y accède. Certains en espèrent plus. Ce type de dynastie est rare. Sur 117 Sages, on connaît les Vaudois Victor et Eugène Ruffy (radicaux, père et fils), les Grisons Leon Schlumpf et Eveline Widmer-Schlumpf (UDC-PBD, père et fille). Mais les Tessinois Enrico et Nello Celio – l’un PDC, l’autre radical – ne sont pas parents. Il faut chercher.Continue reading

Curieux? Les juges étrangers, No Billag et l’UDC nationaliste de Blocher.

Coïncidence ? L’initiative UDC contre les « juges étrangers » et pour la primauté du droit suisse sur le droit international pourrait débouler en pleine session de mars des Chambres fédérales. Ce serait le 13 au Conseil des Etats. Donc, peu après le vote populaire du 4 sur l’initiative « No Billag » pour l’abandon de la redevance radio-télévision. Or, ce sont aussi des gens proches de l’UDC, en grande partie, qui sont derrière « No Billag ». Bizarre ?Continue reading

Blocher fille au pouvoir? Rude parcours pour les blochériens purs et durs!

Magdalena Martullo-Blocher au Conseil fédéral ? Elue UDC au Conseil national dans les Grisons, la fille du stratège zurichois Christoph Blocher – en cas de forte pression de l’Union européenne sur la Suisse – ne dirait pas « non ». Née en 1969, elle succéderait ainsi à Ueli Maurer, doyen d’âge du Gouvernement (né en 1950, élu en 2008). Certains lui attribuent le talent de son père. Comme lui, elle pilote avec succès l’entreprise EMS. Son nom est souvent cité parmi les « papables » à l’Exécutif. Pourquoi pas elle ?Continue reading

Islam, libre-circulation: thèmes qui « paient »? UDC Rösti-Blocher à la hausse?

Tolérance nulle pour l’Islam « dur » ! Lancement d’une initiative contre la libre-circulation des personnes Suisse-Europe ! L’UDC d’Albert Rösti et Christoph Blocher choisit-elle mieux que d’autres les thèmes qui « paient » ? Son assemblée de Frauenfeld y pousse au moment « M ». Certes, l’UDC reste le plus fort parti suisse (29,4% des voix en 2015). Mais ses scores dans les cantons, à mi-législature, sont inégaux. Pour gagner à nouveau en 2019, il lui faut donc des thèmes porteurs. L’asile, l’immigration et l’Islam « dur » en font partie. Trois des grands succès populaires de l’UDC sont du lot (2009, non aux nouveaux minarets ; 2010, non aux étrangers criminels ; 2014, non à l’immigration de masse). On est averti.Continue reading