Zurich troublé. Les socialistes et les deux familles vertes. Galladé, Frei et Cie.

Virage « à gauche », non ? Virage « écologique », oui ? Voyez Zurich – le canton le plus peuplé. Daniel Frei, Conseiller national socialiste et ex-président du Parti cantonal, rejoint les Verts libéraux. Il trouve ses anciens amis trop idéologiques et dogmatiques. A Zurich, Chantal Galladé le précède. Frei lui succédera d’ailleurs au Conseil national. Avec lui, sa compagne Claudia Wyssen fait de même. 2004 : c’est aussi à Zurich que les Verts libéraux se séparent des Verts historiques. 2007 : le parti suisse est fondé. Zurich – carrefour troublé.Continue reading

Survie! PDC Pfister. Verts libéraux Grossen. PBD Landolt. Evangéliques Streiff-Feller.

20 octobre 2019 ! 4 partis « du milieu » veulent gagner les élections par des apparentements de listes (« NZZ am Sonntag »). PDC de Gerhard Pfister (11,6% des voix en 2015). Verts libéraux de Jürg Grossen (4,6%). PBD de Martin Landolt (4,1%). Evangéliques de Marianne Streiff-Feller (1,9%). Au centre-droit, le PLR de Petra Gössi (16,4%) n’y participe pas. A droite, l’UDC d’Albert Rösti (29,4%) souhaite l’entente avec ce PLR. La réciproque est moins vraie. A gauche, socialistes de Christian Levrat (18,8%) et Verts historiques de Regula Rytz (7,1%) devraient renouveler leurs accords. Qui gagnera ?Continue reading

Levrat à gauche. Rösti à droite. Opposés partout. Coopérations-gageures.

Surprise ? Les socialistes de Christian Levrat comme l’UDC d’Albert Rösti sont les pôles de la politique suisse sur tout (« Bund » et « Tages-Anzeiger », Université de Zurich, 27 août). Les socialistes très à gauche. L’UDC très à droite. Ils s’opposent en tout. Politique étrangère. Finances. Social et santé. Sécurité. Politique d’Etat (ex : étrangers, asile). Environnement et énergie. Transports et télécommunications. Questions juridiques. Economie et impôts. Cet écart se retrouve partout. On s’attendait à davantage de comportements dissidents. Eh bien, non.Continue reading

Destins PDC. Barthassat, Pfister, Engler, Thurnherr. Destins PLR. Keller-Sutter, Gössi.

Genève ! Le Parti démocrate-chrétien gagne au Parlement. Mais il perd Luc Barthassat au Gouvernement. Pierre Maudet (PLR) y est rejoint par Mauro Poggia (MCG), Serge Dal Busco (PDC), Antonio Hodgers (Vert), Nathalie Fontanet (PLR, nouvelle), Anne Emery-Torracinta (socialiste), Thierry Apothéloz (socialiste, nouveau). 3 au Centre-Gauche (Hodgers, Emery-Torracinta, Apothéloz). 3 au Centre-Droite (Maudet, Dal Busco, Fontanet). Et un « non aligné » (Poggia). Fontanet et Emery-Torracinta – les femmes reviennent. Du mieux.Continue reading

Superstar, Petra Gössi? Usés, Rösti et Blocher? Berne, Fribourg et les autres.

Petra Gössi, qui d’autre ? La présidente et ses libéraux-radicaux marquent ce 25 mars deux nouveaux points. Au Parlement bernois, ils prennent 20 sièges sur 160 (+3). Au Gouvernement fribourgeois, ils saisissent – grâce à Didier Castella – 2 sièges sur 7 (+1). Aux élections fédérales 2015 déjà, le PLR, encore présidé par Philipp Müller, marque son premier redressement depuis 1979. Puis, dès 2016, il confirme dans les cantons. Les gagnants seraient donc le PLR de Petra Gössi (+2%, « Bund » et « Tages-Anzeiger », 27 mars), les socialistes de Christian Levrat (+0,9%), les Verts de Regula Rytz (+0,5%). Les perdants, eux, seraient le PDC de Gerhard Pfister et le PBD de Martin Landolt (-1,2%), l’UDC d’Albert Rösti (-0,4%), les Verts libéraux de Jürg Grossen (-0,1%). Petra Gössi, superstar ?Continue reading

Qui pilote un parti? Cran de Levrat. Montée de Aeschi et Walti. Rareté de Blocher.

Qui pilote un parti ? Voyez l’UDC. Le Zougois Thomas Aeschi – candidat malheureux au Conseil fédéral – devient chef de groupe parlementaire. Il rejoint le président (le Bernois Albert Rösti) et deux Conseillers fédéraux (le Zurichois Ueli Maurer, le Vaudois Guy Parmelin). Mais le vrai patron, pour beaucoup, reste le stratège zurichois Christoph Blocher (ex-Conseiller fédéral et national). Le fondateur Rudolf Minger – un Bernois – occupait une position voisine. Rareté. Car le pouvoir, en Suisse, est souvent dispersé.Continue reading

Vague Macron? Mais voyez de Gaulle. Berlusconi et Renzi. Blocher et Levrat.

Emmanuel Macron ! Le président français – vainqueur annoncé des élections des 11 et 18 juin – est une rareté. En un temps record, sa « République en marche » centriste éclipse les partis établis avant elle. Pour la 5e République, seul le parti de Charles de Gaulle – « Les Républicains », aujourd’hui – réussit pareille performance. C’est lui qui résiste le moins mal à la vague Macron. Phénomène.Continue reading

Levrat, Rytz, Nordmann, Glättli. 2015-2019: sont-ils les gagnants imprévus?

Christian Levrat ! Regula Rytz ! Roger Nordmann ! Balthasar Glättli ! Les gagnants imprévus des débuts de Législature 2015-2019, ce sont peut-être eux. Le Fribourgeois et la Bernoise président socialistes et verts historiques. Le Vaudois et le Zurichois pilotent leurs groupes parlementaires. Ils figurent parmi les vainqueurs de plusieurs matchs majeurs. Etrangers criminels (2e initiative). Asile. Naturalisation. Immigration de masse (loi d’application). Fiscalité des entreprises. A suivre : les chocs des 21 mai (sortie lente du nucléaire) et 24 septembre (réforme des retraites). Haletants.Continue reading

Femmes: Petra Gössi, Regula Rytz. Latins: Levrat pas si seul. Et voyez les espoirs.

 

Femmes – en hausse ou en baisse ? 2 femmes pilotent 2 des 7 partis les plus influents. La Schwyzoise Petra Gössi gouverne les libéraux-radicaux PLR, la Bernoise Regula Rytz les Verts historiques. Ailleurs, ce sont des hommes. Comme peut-être Albert Rösti (UDC) et Gerhard Pfister (PDC). Ou Christian Levrat (socialiste), Martin Bäumle (Vert libéral), Martin Landolt (PBD). 2 femmes sur 7 ? On les retrouve dans les groupes parlementaires (Verte libérale Tiana Moser, PBD Rosmarie Quadranti). Ou au Conseil fédéral (PDC Doris Leuthard, socialiste Simonetta Sommaruga). On en est près au Conseil national (65/200), au Conseil des Etats (7/46). Vrai : on pourrait mieux faire.Continue reading

Unis, PBD Landolt et PLR Müller? Centre et droite: des échecs. Solo UDC.

Unis, Martin Landolt et Philipp Müller ? Ensemble, le PBD (Parti bourgeois démocratique) et le PLR (Parti libéral-radical) ? C’est là l’une des dernières tentatives de regrouper des partis « du milieu ». Elle est « raisonnable ». Car les amis d’Eveline Widmer-Schlumpf et Didier Burkhalter, dans les classements gauche-droite, sont presque au même endroit (légèrement à droite du milieu). D’ailleurs, le PBD, issu d’une scission avec l’UDC, est aussi l’héritier de l’ancien Parti démocrate, dissidence de gauche des radicaux. Affinités.Continue reading