Plus « Chiesa » que « Cassis » ou « Ceneri »? Le Tessin 2020 est-il pluriel? Le match du 27.

Ignazio Cassis – Conseiller fédéral PLR. Marco Chiesa – président de l’UDC. Tunnel du Ceneri – 15,4 km. Aujourd’hui, ce sont trois des noms qui illustrent le mieux les relations compliquées entre la Suisse italienne et la Suisse tout court. Elles ne se recouvrent pas forcément. On y trouve autant d’ouverture que de fermeture. Le Tessin nouveau de la Ligue des Tessinois – lancé en 1991 par Giuliano Bignasca et Flavio Maspoli – y est moins monolithique que pluriel.Continue reading

Latins en miettes. Convergence Nord-Sud. Gothard et Ceneri. Blocher, Bignasca, Chiesa.

27 septembre ! La Suisse latine se cassera-t-elle sur l’initiative UDC contre la libre-circulation des personnes ? Tessinois oui ? Romands non ? Ce ne serait pas une première. Cette cassure latine coïncide avec le lancement en 1991 de la Ligue des Tessinois de Giuliano Bignasca et Flavio Maspoli (décédés). Elle se confirme lors du rejet en 1992 de l’Espace économique européen. Depuis, elle se répète. Accords Suisse-Europe. Adhésion à l’ONU en 2002. Mais aussi initiative UDC contre l’immigration de masse en 2014. Avec alternance de vainqueurs et de vaincus. La Suisse latine existe-t-elle ?Continue reading

Conseil fédéral – 3 Latins sur 7. Partis – l’effacement. Terrorisme – l’affrontement.

Qui gouverne la Suisse ? Au Conseil fédéral, les 3 Latins Alain Berset, Guy Parmelin et Ignazio Cassis pilotent avec les 4 Alémaniques Ueli Maurer, Simonetta Sommaruga, Viola Amherd et Karin Keller-Sutter. Mais, dans les partis, les Latins s’effacent. Seul le Vaudois Roger Nordmann, groupe parlementaire PSS, continue. Pour la présidence, seul reste en piste le duo Mattea Meyer – Cédric Wermuth (sans Mathias Reynard et Priska Meyer Graf). Chez les Verts historiques – Balthasar Glättli et Aline Trede. Chez les Verts libéraux – Jürg Grossen et Tiana Angelina Moser. Au PDC – Gerhard Pfister et Andrea Gmür. Au PLR – Petra Gössi et Beat Walti. A l’UDC – Albert Rösti (démissionnaire) et Thomas Aeschi. Bref, le temps des Pelli, Darbellay ou Levrat (démissionnaire aussi) s’éloigne. Partie remise ?Continue reading

Coronavirus et Lega. Lien Tessin-Italie. « Les îles francophones ». 4 langues, 26 cantons.

Suisse italienne ? Le Coronavirus dresse-t-il une nouvelle frontière entre elle et l’Italie ? Lien mouvementé. 1515. Marignan. Les Cantons de l’ancienne Confédération sont vaincus par François 1er et ses alliés. C’est un coup d’arrêt à la conquête de l’Italie du Nord. 1803. Acte de Médiation – Napoléon. Tessin italophone et Grisons trilingues – allemand, romanche, italien – entrent dans la Confédération. Saint-Gall, Argovie, Thurgovie et Vaud aussi. 1815. Valais, Neuchâtel et Genève suivent. La Suisse future trouve ses racines. Constitutions de 1848, 1874 et 1999. Article sur les langues de 1938 et 1996. Canton du Jura en 1979. Les 4 langues et les 26 cantons sont en piste. Continue reading

Suisse 1848-2020. Place fédérale en 4 langues. Passeports en 5. ONU en 6.

Berne. Bundesplatz. Place fédérale. Piazza federale. Plazza federala. La plus célèbre place politique de Suisse – face au Parlement – devient quadrilingue. Allemand, français, italien, romanche. L’Exécutif de la Ville fédérale – par Franziska Teuscher et Ursula Wyss – fait le geste. 1848. Etat fédéral. 1857. Palais fédéral Ouest (aujourd’hui, Walter Thurnherr, Chancellerie, Ignazio Cassis, Affaires étrangères, Karin Keller-Sutter, Justice et Police). 1884. Palais fédéral Est (Guy Parmelin, Economie, Viola Amherd, Défense). 1902. Palais du Parlement. Mais aussi Bernerhof (Ueli Maurer, Finances). Bâtiment de la Banque nationale suisse (Simonetta Sommaruga, Environnement et autres). Inselgasse (Alain Berset, Intérieur). Tel est le rythme.Continue reading

4 langues et 26 cantons. Sauvetage Cassis. Candinas et Romanches. Chouchous.

Suisse des 4 langues et des 26 cantons ? Le 11 décembre, elle tient. Election du Conseil fédéral. Le Tessinois Ignazio Cassis gagne face à la Bernoise Regula Rytz. Le nouveau Parlement réélit 4 Alémaniques (PSS Simonetta Sommaruga, UDC Ueli Maurer, PDC Viola Amherd, PLR Karin-Keller-Sutter), 2 Romands (UDC Guy Parmelin, PSS Alain Berset), 1 Italophone (PLR Ignazio Cassis). D’autres points pèsent lourd. Image de Regula Rytz. Perspective de 3 figures de gauche sur 7. Mais les Verts historiques, en voulant évincer un Italophone par une Alémanique, pourraient précipiter leur échec.Continue reading

Manfred Bühler, Hans Stöckli et le 17. Berne bilingue? Quelle Suisse aux 4 langues?

Berne – canton bilingue ? Au Conseil national, les 24 élus du 20 octobre sont Alémaniques. L’UDC du Jura bernois Manfred Bühler est évincé. Au Conseil des Etats, les 4 finalistes du 17 novembre sont Alémaniques aussi. PSS Hans Stöckli. Verte Regula Rytz. UDC Werner Salzmann. PLR Christa Markwalder. Certes, l’UDC Pierre Alain Schnegg occupe l’un des 7 sièges de l’Exécutif du Canton. Mais, parmi les 14 premiers Conseillers fédéraux bernois (sur 119), on ne repère aucun francophone. Alors ?Continue reading

KKS/Cassis, duo PLR chahuté. Romands, des cartes à jouer. Bataille, serrée.

Karin Keller-Sutter ! Saint-Galloise et « femme dominante » ? Ignazio Cassis ! Tessinois et « maillon faible » ? Le duo libéral-radical du Conseil fédéral 2019 – face aux Verts – traverse-t-il une phase délicate ? Comment font les 5 autres Sages ? La Valaisanne Viola Amherd. Son PDC est talonné par les Verts. Le Zurichois Ueli Maurer et le Vaudois Guy Parmelin. Leur UDC reste en tête, mais son indifférence à l’écologie (?) peut les fragiliser. La Bernoise Simonetta Sommaruga et le Fribourgeois Alain Berset. Leur PSS, au moment où le centre-gauche dans l’ensemble pourrait reprendre des forces, serait moins facilement attaquable. Non ?Continue reading

Le Tessin, les 4 langues et les 26 cantons. Le « fossé vert » et le reste.

Le Tessin de langue italienne vote-t-il autrement qu’ailleurs en Suisse ? Pas toujours. Au sommet, le PLR s’y tasse (23 sièges sur 90 au Grand Conseil, -1). L’essoufflement de la Lega (18, -4) est en partie compensé par l’UDC (7, +2). Moins qu’ailleurs en Suisse, le PDC perd un peu (16, -1). Quant à la stagnation socialiste (13), elle est relativisée par d’autres gauches (5, +3), peut-être par « Plus de femmes » (+2). Surtout : les Verts tessinois font du sur-place (6).Continue reading