Manfred Bühler, Hans Stöckli et le 17. Berne bilingue? Quelle Suisse aux 4 langues?

Berne – canton bilingue ? Au Conseil national, les 24 élus du 20 octobre sont Alémaniques. L’UDC du Jura bernois Manfred Bühler est évincé. Au Conseil des Etats, les 4 finalistes du 17 novembre sont Alémaniques aussi. PSS Hans Stöckli. Verte Regula Rytz. UDC Werner Salzmann. PLR Christa Markwalder. Certes, l’UDC Pierre Alain Schnegg occupe l’un des 7 sièges de l’Exécutif du Canton. Mais, parmi les 14 premiers Conseillers fédéraux bernois (sur 119), on ne repère aucun francophone. Alors ?Continue reading

KKS/Cassis, duo PLR chahuté. Romands, des cartes à jouer. Bataille, serrée.

Karin Keller-Sutter ! Saint-Galloise et « femme dominante » ? Ignazio Cassis ! Tessinois et « maillon faible » ? Le duo libéral-radical du Conseil fédéral 2019 – face aux Verts – traverse-t-il une phase délicate ? Comment font les 5 autres Sages ? La Valaisanne Viola Amherd. Son PDC est talonné par les Verts. Le Zurichois Ueli Maurer et le Vaudois Guy Parmelin. Leur UDC reste en tête, mais son indifférence à l’écologie (?) peut les fragiliser. La Bernoise Simonetta Sommaruga et le Fribourgeois Alain Berset. Leur PSS, au moment où le centre-gauche dans l’ensemble pourrait reprendre des forces, serait moins facilement attaquable. Non ?Continue reading

Le Tessin, les 4 langues et les 26 cantons. Le « fossé vert » et le reste.

Le Tessin de langue italienne vote-t-il autrement qu’ailleurs en Suisse ? Pas toujours. Au sommet, le PLR s’y tasse (23 sièges sur 90 au Grand Conseil, -1). L’essoufflement de la Lega (18, -4) est en partie compensé par l’UDC (7, +2). Moins qu’ailleurs en Suisse, le PDC perd un peu (16, -1). Quant à la stagnation socialiste (13), elle est relativisée par d’autres gauches (5, +3), peut-être par « Plus de femmes » (+2). Surtout : les Verts tessinois font du sur-place (6).Continue reading

On échange les langues. Helvetia Latina frappe. Maurer au front. Parmelin taquiné.

En forme, la Suisse des 4 langues ? Le syndicat « Helvetia Latina », présidé par le socialiste neuchâtelois Jacques-André Maire, la relance. Il veut faire du 26 septembre 2019 une journée du plurilinguisme au Parlement et dans l’Administration (« Le Temps »). Les élus s’y exprimeraient dans une autre langue que la leur. Le 26 septembre, c’est une journée du Conseil de l’Europe. Symbole.Continue reading

Karin Keller-Sutter qui éblouit. Dufour qui stupéfie. Qui sait les langues?

Langues nationales ? Anglais mondialisé ? Faut-il les dominer pour devenir Conseiller fédéral ? Pas forcément. Dans l’équipe actuelle, les bons polyglottes sont Alain Berset (PSS), Ignazio Cassis (PLR), Doris Leuthard (PDC) et Simonetta Sommaruga (PSS). Honorable : Ueli Maurer (UDC). Parfois laborieux : Johann Schneider-Ammann (PLR) ou Guy Parmelin (UDC). Bizarrement, le Parlement fédéral, dans ce pays aux 4 langues, en fait rarement une exigence prioritaire. Parmi les candidats du 5 décembre, Karin Keller-Sutter (PLR) éblouit, d’autres moins (« Le Temps » du 12 novembre). Curieux vraiment ?Continue reading

Idée forte. Cassis et Balzaretti au pouvoir. Le scepticisme nouveau des Tessinois.

Ignazio Cassis et Roberto Balzaretti ! Deux Tessinois à la tête des affaires européennes et mondiales ! C’est une idée forte. Car la Suisse italienne, depuis le refus de l’Espace économique européen du 6 décembre 1992, devient l’une des régions tièdes en matière d’ouverture. Puis, le Tessin confirme souvent ce scepticisme nouveau. Il figure fréquemment dans la minorité opposée. Envoi de militaires à l’étranger en 2001. Adhésion à l’ONU en 2002. Accords bilatéraux Suisse – Union européenne. Mieux ! Il contribue fortement à l’acceptation de l’initiative UDC « contre l’immigration de masse » en 2014. Un choc.Continue reading

Suisse latine en miettes. No Billag, Europe, étranger. Doris Leuthard au front.

Suisse italienne, oui ? Suisse romande et romanche, non ? Les minorités latines abordent-elles divisées l’initiative « No Billag » du 4 mars contre la redevance radio-télévision ? Pourtant, toutes les trois profitent de la péréquation financière du service public SSR. Et, au Tessin, seule la Ligue des Tessinois dit « oui ». Même l’UDC y serait divisée (« Le Temps » du 4 janvier). Mais, en Suisse italienne, l’image de la SSR-RSI serait moins flatteuse que celle de ses sœurs romande et romanche. Le combat de Doris Leuthard se complique.Continue reading

Moret, Maudet et l’arrogance. « Quotas » de langues à la lettre. Leuthard en Corée.

Arrogantes, les candidatures romandes d’Isabelle Moret et de Pierre Maudet au Conseil fédéral ? Ont-ils tort de contester à l’Italophone Ignazio Cassis le siège du Francophone Didier Burkhalter ? Pas sûr. La Vaudoise a le cran de défendre la cause des « mères de jeunes enfants » (comme elle dit), mais aussi des femmes en général. Le Genevois, figure forte dans les cantons, symbolise avec fougue tous ces grands acteurs absents du Parlement fédéral. Et puis, ce siège n’est pas la « propriété » d’une langue. Dans l’après-guerre, il est alémanique (Walther Stampfli), romand (Rodolphe Rubattel, Paul Chaudet), tessinois (Nello Celio), à nouveau romand (Georges-André Chevallaz, Jean-Pascal Delamuraz, Pascal Couchepin, Didier Burkhalter). Chacun a le droit de jouer sa chance. Non ?Continue reading